En Mars dernier, le 5 ème Gala EROIN battait son plein une semaine avant les Césars. Les courts métrages rendant hommage aux talents féminins sont au Festival de Cannes cette année pour la 3 ème édition, ce Dimanche 21 Mai 2017. Aux cotés de son partenaire historique France 3, Audrey Clinet, la présidente du label présentera ses futurs projets et 7 de la collection EROIN 2017.  Rencontre.

AUDREY CLINET (c) Ze Place To See -Thomas Obrador

« En 2012, lorsque j’ai eu l’envie de créer une sélection de films de

réalisatrices, j’ai tout de suite eu en tête l’image de la superwoman.

Aller au bout d’un film, c’est un combat de tous les instants. C’est croire en soi

coûte que coûte, avoir la responsabilité d’une œuvre,

être le chef d’orchestre d’une équipe, souvent composée d’hommes.

Une réalisatrice est une femme qui se bat pour ses idées,

alliant courageusement carrière et vie personnelle.

C’est une femme qui fait des concessions pour aller au bout de ses

rêves. Une réalisatrice est à la fois artiste, technicienne, chef d’équipe et

femme, avec tout ce que cela implique dans son quotidien.

J’ai souvent rencontré des réalisatrices qui ne se sentaient pas encore

légitimes dans ce milieu, qui avaient du mal à se mettre en avant.

Beaucoup se retrouvaient être les seules femmes dans les festivals de

films. J’ai donc créé EROÏN pour les accompagner dans la valorisation

de leur travail, et pour leur donner la possibilité d’aller plus loin, tout en

respectant leur identité. EROÏN les aide à franchir les barrières, à gagner

du terrain dans un domaine où elles sont encore peu nombreuses, en

cassant les préjugés d’un « film de femme ».

EROÏN s’engage à accompagner les jeunes talents, la réalisatrice à

succès de demain. Le passage du court au long est un moment crucial.

Faire partie de l’aventure EROÏN est un tremplin dans la carrière d’une

jeune réalisatrice.

EROÏN est label : à la fois agent, promoteur, distributeur, producteur.

c’est un concept nouveau, qui bouscule les lignes. »

Audrey Clinet

Tu as commencé à écrire d’abord ?

Oui, j’ai écrit un scénario du court métrage Parallèle, de trois minutes et y ai tenu
le rôle féminin. Pendant le tournage, j’étais frustrée de donner mon histoire, de la
confier. Le vrai déclic est arrivé en 2012, lors d’une réunion pour le festival le
Jour le plus Court. Je voulais que Parallèle soit dans la sélection et j’apprends
que c’est trop tard. On me propose en revanche de projeter mon film dans le
cadre du festival, mais en créant ma propre projection, avec d’autres films à
trouver. En un mois, je me débrouille et le fais.

L’idée du festival est arrivée, mais quel rapport avec les femmes ?

C’est venu très vite en fait. Je rencontrais tellement peu de réalisatrices. J’avais
l’impression que les soirées étaient organisées par des hommes et qu’ils
invitaient leurs amis. Et puis, j’ai eu envie de mettre en avant la gestion de projet,
liée à la création d’un film. Honorer le courage des réalisatrices.

 Pourquoi ce nom, EROIN ?

Justement, parce qu’elles sont des super women, qui courent partout, qui sont un peu à tous le postes, des leadeuses.

As-tu pour projet d’ouvrir ce gala à d’autres métiers du cinéma ; comme pour les techniciennes, par exemple ?

J’ai toujours appris qu’il fallait un seul objectif pour ne pas le perdre de vue. J’ai vraiment envie de suivre le chemin, tel qu’il est. On me demande de m’occuper de longs métrages, de web séries, de documentaires. C’est pas le moment encore.

 

© Women Side 2017 – Tous droits réservés

Laisser un commentaire