Le programme FAM Femmes d’Avenir en Méditerranée ouvre sa troisième édition le mardi 9 mai 2017 , en présence de Mme Elisabeth Guigou, déjà marraine des promotions 2015 et 2016 et Présidente de la commission des affaires étrangères, Mme Stéphanie Séydoux, Cheffe du Service des droits des femmes et de l’égalité au ministère de la Famille, de l’Enfance et du Droit des Femmes, et M. Cyrille Pierre, Directeur du développement durable, ministère des Affaires étrangères et du Développement international.

FullSizeRender

FAM est une formation unique élaborée par Sciences Po, visant à encourager l’accès aux responsabilités des femmes dans le pourtour de la Méditerranée.

Le projet, soutenu par le ministère des Affaires étrangères et du développement international, le ministère de la Famille, de l’Enfance et du Droit des Femmes et labellisé par l’Union pour la Méditerranée, a pour vocation de favoriser la diffusion des principes de l’égalité entre les hommes et les femmes et développer un réseau méditerranéen sur cette thématique.

Sélectionnées sur la base de l’excellence de leur parcours, les 22 participantes de la promotion 2017, originaires du Maroc à la Turquie, viennent toutes d’horizons professionnels différents : société civile, secteur privé, culture, recherche, média, etc.

Nous avons rencontré la directrice du programme, Caterina Sabbatini Clec’ch.

 

Caterina Sabbatini Clec’ch.

Quel est votre parcours jusqu’à vos fonctions aujourd’hui à Sciences Po ? Hasard ou prévision ?

J’ai une formation académique en histoire et sciences politiques. J’ai évolué entre l’Italie, la France et les pays de la zone, l’Algérie, le Golfe persique, la Turquie, le Liban. Après un Master 2 de l’Université de Bologne (Italie) en Lettre et Etudes arabes et un Master recherche, Politiques Comparées (Monde Musulman) à Sciences Po, j’ai centrés mes travaux de recherche et mes publications sur les politiques culturelles, les études de genre et les stratégies de promotion d’image au Moyen Orient.

J’ai été chercheure junior et coordinatrice administrative au Programme Kuwait de Sciences po entre 2008 et 2011. J’ai ensuite occupé la position de visiting fellow à l’Université Américaine de Koweït, AUK (2011 – 2013). Après avoir quitté AUK, j’ai été nommée Directrice de Communication du groupe Kharafi National, leader au Moyen Orient et en Afrique en constructions et dans l’exploitation d’hydrocarbures.  De retour en France après 3 ans au Moyen Orient, j’ai rejoint Sciences Po en 2014 afin d’y gérer le programme « Femmes d’avenir en Méditerranée » et de prendre en charge les relations institutionnelles avec le Moyen Orient.

Comment est née l’idée de ce programme ? Quel a été le déclic ?

L’idée du programme FAM est née en 2014, lors d’une discussion entre l’alors Ministre aux Droits des Femmes, Mme Najat Vallaud Belkacem et la directrice du Programme PRESAGE à Sciences Po, Hélène Périvier. Aux réflexions et aux discussions, se sont vite rajouté le ministère des Affaires étrangères et du Développement international, de la Délégation interministérielle à la Méditerranée et du Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes

Le projet a été concrétisé quelque mois après en 2015 et le succès des premières campagnes de recrutement ont permis sa labélisation par l’Union pour la Méditerranée.

Quelle est l’idée, la vision au cœur de ce programme ?

FAM, acronyme pour « Femmes d’avenir en Méditerranée » est un programme unique élaboré par Sciences Po, à l’attention de jeunes femmes issues de la rive sud de la Méditerranée.

Cette formation, soutenue par le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, la Délégation interministérielle à la Méditerranée et du Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, vise à accompagner ces femmes dans leur parcours professionnel, favoriser la diffusion des principes de l’égalité entre les hommes et les femmes, et à développer un réseau méditerranéen sur cette thématique.

Lauréates 2016

Labellisé par l’Union pour la Méditerranée, FAM profite du prestige international et de l’excellence académique de PRESAGE, programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre développé conjointement par l’OFCE et Sciences Po. PRESAGE insère sa réflexion dans la formation FAM et contribue à offrir 15 jours d’échanges dynamiques et de rencontres uniques autour de l’Egalité, du genre et du leadership.

Comment avez-vous pu collaborer avec des femmes en méditerranée ? Quels ont été vos freins et les atouts dans cette collaboration ?

Le programme FAM a rencontré un franc succès par les nombreuses candidatures qu’il a reçu de tous les pays concernés. C’est effectivement une thématique qui permet de fédérer nombreuses participantes potentielles autour des mêmes ambitions, de créer une dynamique de groupe et de mettre en relation ces jeunes femmes afin de monter des projets engagés et engageants.

Elles ont donc été nombreuses et motivées depuis le lancement en 2014 à vouloir participer à ce programme. Il est certes parfois difficile atteindre certains réseaux, parfois complexe de se faire connaître, mais la marque de Sciences Po est synonyme d’excellence académique et nous avons pu compter sur le réseau consulaire français pour nous accompagner. Le challenge de réunir des femmes de nationalités différentes, d’âge différents, de milieux professionnels et académiques différents a été parfaitement relevé. Nous sommes enthousiastes du résultats.

Avez-vous des projets qui pourraient faire suite à cette formation ? Comment envisagez-vous la suite ?

Oui, des projets, des idées, des négociations, le futur s’annonce très prometteur mais je ne vous dirai rien, nous maintenons un peu de suspense!

© Women Side 2017 – Tous droits réservés

Laisser un commentaire