La féminisation des symboles est en marche.

Révolution pour beaucoup puisque le bilan de l’année 2015 réjouit les rangs du girl power. En France, le buste d’Olympe de Gouges est entré à l’Assemblée Nationale, les rues de Paris ou de Toulouse ont été rebaptisées à la sauce girly le temps d’un buzz, et nous nous sommes félicitées de faire entrer au Panthéon des femmes résistantes. Aux Etats Unis, l’annonce du secrétaire au Trésor annonçant un billet avec le portrait d’une femme en circulation en 2020 a fait un bel effet : il est même possible de voter pour choisir son personnage préféré.

.

Sursaut des consciences, revalorisation de figures féminines politiques et économiques. On parle même d’annonces historiques.
Il semblerait que nos contemporains s’intéressent aux mythes qui les précèdent dont il faudrait changer la forme, afin de favoriser l’éveil au présent et celles qui veulent changer les choses en 2015. Les discours vont bon train pour s’attrister du peu de considération envers les femmes à des époques qui n’avaient effectivement pas la préoccupation de l’égalité, tout court.
Valoriser des réalités présentes en redessinant le rétroviseur ? Invectiver les lacunes historiques en changeant les symboles de la cité ou des billets de banque ? Cela a tout d’un raccourci et les générations futures hériteront d’un monde symbolique différent peut être, mais la réalité ne sera pas assez « rose » dans les faits. Si nos seuls efforts se portent sur la passé, bien sûr.
Car changer l’Histoire et l’ériger en symbole plutôt qu’en vérité est un fléau pour l’érudition et la démocratie.
En effet, les figures de femmes sur les pièces de monnaie existaient aux Etats Unis bien avant l’annonce faite au mois de Mai de cette année ; les billets ayant toujours eu la préférence dans les échanges du pays. Il est vrai que seulement 2% des rues de Paris porte un nom de femme, mais l’élection d’Anne Hidalgo comme Maire de la capitale du pays nous invite à nous encrer dans l’actualité.

Enfin, célébrer des « figures » de femmes qui n’existent plus dans les lieux représentatifs des pouvoirs publics aura moins d’impact que de célébrer celles qui sont élues en ce moment à la tête de collectivités. Une représentation célébrée dans un lieu symbolique. Une femme sur un billet pour symboliser la modernité de notre époque.
Intoxication de notre mémoire.
Nos enfants retiendront plus certainement les terribles chiffres du fossé social, professionnel et intime entre les hommes et les femmes qui déterminent nos stéréotypes. Un fossé d’autant plus scandaleux, à une époque où tous les outils de communication prouvent une modernisation gigantesque et une innovation célébrée dans tous les domaines de notre société.
Sommes-nous modernes lorsque nous mettons tout en œuvre pour rebâtir le passé ? Oui, à des fins symboliques.

capbertrand

© womenside, 2016, tout droits réservés

Laisser un commentaire