Ecodesigner, spécialiste des questions de développement durable, Hervé Naillon  est également auteur de poésies et photographe. Il nous rejoint pour une tribune liant écologie et égalité. Réflexions.

« Le débat politique en France aborde tous les sujets avec plus ou moins de conviction, de temps et d’analyse. Chacun veut mettre son thème comme central, de la dette au chômage, de la démocratie à l’écologie. Il me semble évident que sans éco-système viable, le reste n’est que mots et illusions qui deviendront promesses intenables. Et pourtant, il est un sujet qui est à mon sens premier et primordial, le féminisme.
Nous ne pouvons espérer changer quoique ce soit dans nos sociétés tant qu’une majorité sera discriminée. Cette discrimination initiale ouvre le champs de toutes les discriminations de minorités, aux racismes, à l’antisémitisme… Si la majorité des citoyens français, parce nées femmes, ne peuvent vivre pleinement leur droit, comment pourrait-il en être autrement pour toutes les minorités ? Elles ne sont d’ailleurs minorités dans l’esprit que parce que la majorité existe comme ensemble discriminé. L’égalité n’existe de facto que lorsqu’il n’y a plus de distinction entre minorité et majorité.
Nous vivons donc dans une société où les femmes sont discriminées. Du choix de jouets roses à 4 ans, à la tenue « adaptée » pour sortir à l’adolescence, du corps confisqué dans la sexualité ou le droit à l’avortement remis en débat. Quant aux règles sociales qui en découlent, c’est le long inventaire des salaires minorés, des carrières impossibles pour cause de maternité ou la soumission au projet du patriarcal époux au destin exceptionnel.
Un humanisme est-il possible dans ce contexte? Bien évidemment, non, le socle est mauvais, nauséabond, inique. S’il ne peut y avoir d’humanisme, il ne saurait y avoir de fraternité et donc d’empathie. Cette absence d’empathie pour l’autre se reporte sur cette totale rupture que nous avons avec la nature, préférant la compétition à la symbiose. Dès lors, sans symbiose possible, point d’écologie.
Et qu’est que l’écologie? L’étude de la maison (oikos logos), le préalable à la gestion de la maison (oikos nomos): l’économie. Notre économie, hors sol, hors vie, parce que sans écologie, est faussée. Nous nous lançons dans des projets qui échappent aux possibles, comme si pouvions voler parce que nous nierions la gravité. Alors cette économie illusoire, cette chrématistique écrivait Aristote, détruit ce qu’elle devrait construire, le lien social. Elle se nourrit de cette perte de lien jusqu’à nous infliger la fin de nos libertés.
L’espèce humaine se trouve confronté à des défis incommensurables qu’elle s’est elle-même donnés. Jamais cette espèce qui se veut dominante n’a été mise dans une situation mêlant la diminution des ressources, la perte dramatique de biodiversité, un dérèglement climatique majeur sur un temps historique aussi court. Et tout cela se produit alors que la population humaine croit chaque jour et que les inégalités se creusent avec indécence. Il n’existe qu’une seule réponse que l’espèce humaine puisse donner à ces paradigmes nouveaux créés par elle-même: s’inventer en humanité.
L’humanité en tout cohérent et conscient, vivant en symbiose avec son éco-système, abandonnant le délire mortifère de la compétition. Tout est à faire. Et dans ce contexte, le féminisme a deux visages. Celui de la libération de la moitié de notre espèce pour poser les bases de l’invention à venir. Et le féminisme à venir qui n’est pas donner les mêmes pouvoirs destructeurs que ceux donnés aux hommes pendant des siècle mais inventer, ensemble une chose si tentante: l’humanité dans un projet humaniste, écologique et spirituel.
Voilà pourquoi il ne peut y avoir de changement sans poser avant tout le préalable féministe à ce changement. Sans cela, tout relèvera de la variable d’ajustement d’un modèle indécent, destructeur et cynique où seuls les plus violents croient pouvoir être gagnants. Voilà pourquoi cette période est absolument merveilleuse puisqu’elle nous offre l’héritage de milliers d’années d’histoire, de culture et de civilisation pour inventer, ensemble, l’humanité. »

© Women Side 2017 – Tous droits réservés

 

Laisser un commentaire