Imaginez une version scientifique de Jacques Attali, celui qui a écrit Peut-on prévoir l’avenir ? Une version plus sûre, plus crédible et plus probable. Imaginez qu’à six ans, elle écrivait déjà une ligne de code. Qu’à quinze ans, elle enchaînait le piano, la danse et le tennis à un rythme effréné. Qu’elle était ceinture noire de karaté.

Imaginez que l’ambition aille de pair avec l’art de savoir se défendre.

Car savoir se défendre, elle fut contrainte de l’apprendre très tôt. Juive ukrainienne, élevée avec sa mère et sa tante en Israël, toutes les deux diplômées en mathématiques et en informatique et forcées de cumuler les petits boulots pour vivre, Kira Radinsky en a tiré une force qui en a fait une surdouée. Entrée à Technion, l’institut israelien de technologie, avec cinq ans d’avance, elle collabore dès l’obtention de son doctorat avec Microsoft, Google, Facebook et Yahoo. Dès lors, son intuition féminine ne suffit plus, elle décide d’inventer le logiciel Déborah.

Ce logiciel c’est l’oracle du Net.

Il prédit le futur en analysant des articles de presse, des biographies, des recherches google, des tweets et en identifiant des schémas récurrents. Le Big Data ! Quatorze millions d’articles du New York Times, cent vingt mille articles de la BBC, vingt six mille de Wikipédia, des millions de requêtes via Google, et des milliards de tweets. Il prédit l’arrivée de crises sociales, politiques ou sanitaires en croisant les faits d’hier et d’aujourd’hui.

Taux d’exactitude : 70%. Taux d’erreurs : 30%.

Son postulat de départ : chaque événement a sa propre dynamique interne mais tous répondent à des schémas répétitifs. Ainsi une conjonction de paramètres ayant déclenché un certain phénomène dans le passé, est susceptible de générer un phénomène analogue dans le futur.

Exemple : elle a anticipé l’épidémie de choléra à Cuba en 2012 sur la base d’une association de facteurs déclencheurs type pauvreté, sécheresse et tempête. Autre exemple : les émeutes au Soudan en 2013. Pour l’anticiper, elle modélise l’Histoire à partir de la révolution égyptienne de 2011. L’inflation associée au meurtre déclenchent des émeutes. Ce phénomène se répéta au Nigéria en 2012. En surveillant l’actualité, elle arriva à prédire que les mêmes événements arriveraient au Soudan l’année suivante. Elle lança donc l’alerte en prévoyant un risque d’émeutes. Et comme elle l’annonçait, les faits lui donnèrent raison.

Une fois les corrélations établies entre les éléments, il faut établir des calculs mathématiques afin de prédire si d’autres événements de ce type peuvent se reproduire.

Ce logiciel permet de prévoir des catastrophes de toutes sortes : naturelles ; mouvements de violence ; maladies ou fléaux. Elle peut aussi promettre aux entreprises de doubler leur taux de conversion et d’améliorer leur fidélisation client. Elle est même capable de « prévoir ses concurrents », plaisante-t-elle. Chaque événement dans le futur obéit à un modèle déjà observé dans le présent.

Aujourd’hui Chief Technical Officer, elle est co-fondatrice de Sales Predict. A 28 ans, elle est classée 25ème par le magazine Forbes en 2015 des stars émergentes de la High Tech. Elle fait également partie des moins de 30 ans classés parmi les 35 entrepreneurs du M.I.T. (Massachusetts Institute of Technology).

Seule dérive à cette magnifique trouvaille : des chercheurs britanniques peuvent prédire nos prévisions de mobilité en fonction de nos relations. La sphère privée atteinte, le risque de méfiance à l’égard de l’oracle augmenterait. Mais parions que Kira Radinsky ne nous voudra que du bien. Elle l’a, pour l’instant, suffisamment prouvé.

 

@denisbertrand

© womenside, 2016, tout droits réservés

Laisser un commentaire