Avant d’être un beau bébé d’1mètre68 pour 61 kg , Ronda Rousey fut un nourrisson qui faillit mourir étranglé par son cordon ombilical, ce qui la rendit aphasique jusqu’à l’âge de six ans.
De cet épisode et de sa conséquence principale, elle en tira une force grâce à sa mère car bientôt c’est elle qui allait « étrangler » ses adversaires après les avoir provoquées verbalement en se servant de sa grande gueule légendaire.

Sur le ring c’est une tueuse

Mike Tyson

 

Ronda revient vraiment de loin.A l’âge de huit ans, elle perd son père paraplégique qui se suicide sachant qu’il ne pourra jamais guérir.
Un nouvel épisode qui lui donne la rage de vaincre. Plusieurs années après, une brésilienne du nom de Bethe Correia va oser se moquer du suicide de son père juste avant de l’affronter en lui lançant un « allez ne pleure pas ». Cela lui valut de se retrouver au sol en trente quatre secondes, K.O. par une célèbre *clé de bras, marque de fabrique de Ronda Rousey.

Cette clé de bras, elle la doit à sa mère, AnnMaria De Mars, elle-même judoka et grande championne qui initia sa fille dès l’âge de onze ans (âge que l’on considère aujourd’hui d’ailleurs comme tardif) à la pratique du judo. Sa mère, qui a laissé une trace indéniable dans le monde du judo, avait l’habitude d’asséner un « je vais te péter le bras » à chacune de ses adversaires avant de les mettre K.O. Elle obtint ensuite logiquement, au vu de ses joutes verbales et manipulations d’avant match, un doctorat en psychologie avant de se décider à entraîner sa fille.

A dix sept ans, Ronda participe à ses premiers Jeux Olympiques à Athènes en 2004 en tant que judoka mais ne se classe pas parmi les meilleures.
Successivement coachée par Gokor Chivichyan et Jimmy Pedro, elle devient vice championne du monde en 2007 et réussit à être la première américaine à décrocher le bronze dans cette discipline aux J.O. de Pékin, l’année suivante.


Mais il y a un revers à la médaille. Un doux parfum de corruption règne à la fédération américaine de Judo, conjugué à un clair manque d’investissement financier pour ses compétitrices. Ronda, qui n’a pas la langue dans sa poche, a le courage de le dénoncer. D’autant, qu’en plus, elle est régulièrement huée dans le monde entier à cause de sa nationalité.
Sa situation empire alors. Elle se retrouve à devoir dormir un temps dans sa voiture et cumuler trois jobs – hôtesse dans un club de fitness, thérapeute pour chiens et prof de judo.
C’en est trop. Elle arrête définitivement le judo

 

A vingt quatre ans, elle se lance dans le Mixed Martial Arts (M.M.A.). Un sport de combat dans lequel tous les coups sont permis. Alliance des techniques de corps à corps présentes dans tous les arts martiaux. Ça pourrait ressembler au Krav Maga, si ce n’est que ce dernier n’organise pas de compétition et est avant tout utilisé pour le self défense.

 

Elle devient vite la numéro un au classement de l’Ultime Fighting après douze victoires pour autant de combats et impose sa patte : les K.O. en moins d’une minute.

 

Rock_Rousey_WM31

Le 28 décembre 2013, elle ne gagne qu’au 3eme round et refuse de serrer la main de son adversaire, ce qui lui vaut de se faire siffler par le public américain et elle perd de sa popularité.
Mais une anecdote l’installe définitivement du côté des femmes de caractère et lui permet de reconquérir le cœur de ses fans.

Elue « meilleure athlète » devant le boxeur Floyd Mayweather qui prétend ne pas savoir qui elle est, elle réplique : « J’aimerais maintenant te voir prétendre ne pas savoir qui je suis », qui le cloue sur place. Condamné à quatre vingt dix jours de prison, cent de travaux d’intérêts généraux et trois mille cinq cent dollars d’amende pour avoir battu son ex femme, le boxeur se fait ridiculiser. Ronda passe un cap.

 

Elle-même en couple avec le boxeur Travis Browne qui fut relaxé pour des accusations similaires de violences conjugales jugées finalement inexactes. Il déclara, par la suite, au sujet de sa relation avec Ronda : « Elle est ma femme et je suis son homme ». L’égalité homme-femme bien marquée dans leur relation, s’installe alors un peu plus dans les sports de combat.

J’aime qu’on me voie comme la femme à abattre.

Le ton décontracté et l’humour désopilant de Ronda ne lui vaut pas seulement d’être la chouchou du public américain, elle va la faire entrer dans le monde du cinéma hollywoodien pour une nouvelle carrière encore discrète pour l’instant.

 

 

 

Utilisée pour son physique et son sport, elle enchaîne d’abord séries et téléfilms sans saveur, puis, désormais icône féminine des arts martiaux, elle intègre l’équipe prestigieuse des Expendables 3 côtoyant Bruce Willis, Stallone et Schwarzennegger puis celle de Fast and Furious aux côtés de Vin Diesel et feu Paul Walker. Bientôt aux côtés de Mark Wahlberg dans Mile 22 , qui sait où cela la mènera.

 

 

Récemment, Ronda a maîtrisé un initié au judo en quelques secondes. Il avait eu le malheur de vouloir s’amuser à la défier. Bien mal lui en a pris cependant, surtout après sa fameuse réplique au sujet de sa facilité à provoquer « Ca vient naturellement encore plus quand je n’aime pas la fille ». En effet, le 2 janvier 2016, elle affronte la boxeuse Holly Holm qui la sonne et la met K.O. après un coup de pied à la tête suivi de coups de poing au sol.
Un tournant ?

Après avoir fait mentir le président de L’Ultimate Fighting Championship, Dana White qui avait déclaré : « Aucune femme ne luttera au sein de mon organisation », les déclarations acerbes et le physique avantageux de Ronda ont fait vendre. Et elle s’est imposée au sein d’un sport machiste.
Elle pose désormais à la une du magazine Sports Illustrated en petite tenue mais sans aller trop loin par égard pour ses enfants.

Ronda saura-t-elle garder la tête froide encore longtemps ?

Avec une telle personnalité, tous les coups sont permis.

 

@denisbertrand

© womenside, 2016, tout droits réservés

Laisser un commentaire