DSC_0059-1024x68217H30 dans un centre sportif de Port Royal.

J’attends la venue d’un spécialiste du Krav Maga, une discipline bien particulière dont les cours fleurissent un peu partout. J’avais, comme à mon habitude, demandé une rencontre avec lui dans un café pour poser toutes mes questions. Son invitation à un cours pour découvrir concrètement la discipline, l’enseignement qu’il donne et les participantes a été au-delà de mes espérances. Aller ! Je me lance. Rencontre avec Teddy De Baere, l’homme qui a ouvert la discipline aux femmes.

Eloigné de l’image du professeur traditionnel d’arts martiaux, je serre la main d’un homme discret et souriant dont la vocation a suivi un chemin plein d’heureux hasards.

Amoureux des arts martiaux certes, c’est pourtant par hasard qu’il découvre le Krav Maga au POPB pour le fameux festival présentant tous les arts martiaux. S’ennuyant devant les démonstrations, il est prêt à quitter la salle, lorsqu’il entend le nom qui va changer sa vie : le Krav Maga, présenté par celui qu’il l’a importé en Europe, Richard Douieb.

Il suit alors les cours de Richard, et même des cours de pédagogie sans passer le cap de vouloir enseigner. Teddy est timide et ne s’imagine pas un seul instant devant des élèves. Mais c’est sans compter sur la détermination de son maitre qui lui laisse faire un cours, par surprise.

C’est le choc et le début d’une carrière.

A la fin du cours, j’ai fait le salut et je suis parti dans les vestiaires sans me retourner. Quelques minutes plus tard, Richard m’a dit que j’avais été bon.

Oui, mais voilà, Teddy fait le triste constat que seulement 10% de femmes suivent cet enseignement, alors qu’il entend les récits de femmes agressées assez régulièrement.

J’entendais des histoires d’agressions et je voulais mettre à profit mes connaissances pour les aider à se défendre. Avec le Krav Maga, aucun besoin de disposer d’une force physique particulière ou d’un gabarit redouté. Avec des techniques, on peut se sortir de pratiquement tous les types d’attaques.

L’idée de stages de découverte de la discipline destinés exclusivement aux femmes est née. Sous forme de démonstration, il s’agit de détendre les participantes et de décomposer les bons gestes pour une meilleure compréhension. Chacune y va à son rythme et elles viennent pour apprendre à se protéger, à avoir confiance en elles ou même à maigrir. Tout est bon et l’ambiance est prompte à éloigner la paranoïa.

Devant le succès, il décide d’ouvrir une classe régulière.

http://www.cfkm.fr/teddy.html

Elle sont désormais 40% à fréquenter les cours. Débutantes elles reçoivent l’enseignement entre femmes puis, si elles le veulent, rejoignent l’enseignement mixte ; et quand on commence, on ne s’arrête pas .

Teddy De Baere participe à notre proposition de loi contre le harcèlement !

 

@capbertrand

capbertrand

© womenside, 2016, tout droits réservés

Laisser un commentaire